mardi 13 mars 2007

Les carottes, c'est bon pour les yeux. Le poisson, c'est bon pour la mémoire.

Ne rigolez pas du titre (oui, oui, D. a rigolé aussi...).

Voilà, ça a été mon premier livre de cuisine. Si je ne compte pas le livre des recettes de Colruyt qu'on avait lors de notre colocation avec t'isaac et flo, et qui nous recommandait l'utilisation massive de produits surgelés de la même marque...

Des idées originales, des petites recettes toutes mignonnes, d'autres un peu plus compliquées. Mais en définitive un bon investissement.
Là je cherchais une recette de carottes (quantité non négligeable à évacuer du frigo) pour aller avec du poisson. Merci Madame Vidaling!

Carottes au gingembre et aux raisins (adaptée à ma façon)

Ingrédients (pour 2):

- 4 carottes de taille moyenne
- 1 morceau de gingembre frais de la taille d'un petit pouce, pelé
- 1 petite poignée de raisins secs
- quelques abricots secs
- 1 noix de beurre
- une rasade de crème fraîche
- quelques feuilles de coriandre, graines de sésame, sel, poivre

1. Peler et hâcher (pas râper) les carottes au robot. Y ajouter le gingembre pelé et coupé en petits morceaux. Pour peler le gingembre: j'utilise simplement un pèle-légumes (économe). Pour plus de finesse, vous pouvez hâcher le gingembre à part: il suffit d'utiliser un presse-ail. Mettez les petits morceaux dans le presse-ail, hop, c'est fait. Racler le fond du presse pour tout récupérer.

2. Mettre les raisins secs et les abricots dans de l'eau chaude, 10 min pour les raisins et au moins 20 pour les abricots. Couper les abricots en petits morceaux. Ajouter aux carottes et gingembre. Faire cuire le mélange dans une casserole couverte à feu doux avec le beurre, pendant 20 à 30 min. (selon vos goûts). Ensuite, moi je ne mets qu'un peu de poivre mais vous pouvez laisser sans assaisonner, pour garder le petit goût sucré. Incorporer la crème fraîche, servir décoré de feuilles de coriandre et de graines de sésame.

Ah! Le poisson. Cette recette, maman la fait souvent. C'est délicieux et vraiment facile. Ce n'est pas vraiment un poisson à la vapeur, en fait, mais plutôt au bain-marie. On dit tsen en chinois, disons que c'est un mélange des deux...

Bar à la vapeur, recette familiale adaptée intuitivement

Ingrédients:

- deux ou trois gros tronçons de bar, coupé dans le sens de l'épaisseur (pas de filet) et décaillé
- du vin chinois (Shaoshin)
- de l'huile de sésame
- sauce soja
- vinaigre de riz
- quelques brins de jeunes oignons (oignons nouveaux)
- une belle tranche de gingembre
- sel, poivre

1. Dans un grand bol pouvant aller au bain-marie sans éclater, mettre le poisson (avec la peau s'il y en a, mais bien décaillé). Assaisonner légèrement de sel et de poivre (prenez du poivre rose au moulin, pour le côté esthétique). Ajouter un doigt de vin chinois, une cuillère à soupe d'huile de sésame, une cuillère à soupe de sauce soja. Mettez la tranche de gingembre par-dessus, ainsi que les brins de jeunes oignons (pas la peine de ciseler).

2. Mettre de l'eau froide à mi-hauteur dans une casserole pouvant contenir le bol. Ma mère utilise une casserole à couvercle en verre: plus pratique, on voit à travers si tout va bien. Mettre le bol avec le poisson dedans. Couvrir, faire cuire max. 20 min. Quand la chair du poisson a blanchi près des os, c'est bon. Faites attention en enlevant le bol! Servir avec le même bol directement à table, avec (à part) un petit mélange de vinaigre de riz et de quelques gouttes de sauce soja. Vous pouvez aussi ajouter un peu de gingembre râpé dans cette sauce, qui rappelle la sauce accompagnant les magnifiques crabes que l'on mange à Shanghaï.

Vous pouvez aussi remplacer, dans la cuisson, l'huile de sésame par de la sauce aux huîtres, ou faire un mélange des deux.

P.S. pour les amateurs de cuisine facile: le livre de Colruyt, en fait, contenait de très chouettes recettes aussi. Des classiques, des faciles... J'en retiens surtout la dinde aux airelles et lard de Noël qui a impressionné les parents, et le Waterzooi qui était délicieux. D'ailleurs, appel aux anciens coloc's: il est passé où, ce livre?

2 commentaires:

Isaac a dit…

C'était à Flo le livre, j'imagine qu'elle l'a repris. Les carottes bons pour les yeux ? Je préfères ne pas imaginer ce que serait ma vue si je n'en avais pas manger en quantité astronomique étant petit. C'est vrai que l'on ne voit pas souvent de lapins avec des lunettes mais peut-être connaissent-ils les lentilles.

Thérèse a dit…

Moi c'est ce qu'on m'a toujours raconté pour me faire manger des carottes... Remarque on m'a aussi dit qu'il fallait manger les ligaments blancs des mandarines et clémentines, pour empêcher les rhumes et la toux. Eh, ça marche: jamais malade en hiver!