dimanche 3 août 2008

Un dîner du vendredi soir: brochettes de poulet marinées au yaourt, chicons caramélisés

Brochettes de poulet marinées au yaourt, chicons caramélisés

Un grand dilemme depuis l'enfance: dit-on yaourt ou yoghourt?
Et, question encore plus existentielle: pourquoi y a-t-il un "h" à yoghourt et pas à yaourt?

(Bon, on comprend tout à coup pourquoi, avec ce genre d'interrogations depuis l'enfance, j'ai finalement étudié la philologie plutôt qu'autre chose).

La cuisine turque, entre autres, utilise régulièrement du yaourt dans la confection de plats salés. C'est une tendance que j'ai également retrouvée, en devenant une adepte de la cuisine indienne (surtout quand nous habitions à Providence, à peu de distance d'un "snack indien" incroyable). Habitude que j'ai reprise, aussi souvent que possible, depuis notre voyage à Istanbul. Bien sûr, ce n'est pas toujours possible de remplacer la crème dans certains plats (bien que je n'utilise que très rarement de la crème quand je cuisine) - mais cela a le mérite d'alléger pas mal la chose.

Hier soir, petit dîner pas trop casse-tête. J'avais tous les ingrédients dans mon frigo et mes armoires. Donc après un peu de bricolage, voici ce qui en est sorti.
Pour l'idée des chicons caramélisés, merci à ma copine Florence (celle qui cuisine, pas l'autre qui se reconnaîtra). Je dois avouer avoir été mauvaise élève: elle m'a tout expliqué en détail et pourtant j'ai eu un petit trou de mémoire... Donc j'ai un peu improvisé, pour un résultat finalement acceptable.

Ce que nous avons bien aimé de notre dîner: l'alliance assez piquant (brochettes) - doux sucré (chicons). En plus, comme ni l'un ni l'autre n'étaient totalement dégoulinants de sauce ni secs, les équilibres de texture s'alliaient aussi assez bien. A servir avec un riz basmati.

Brochettes de poulet marinées au yaourt
Inspiré d'une recette de la revue Nest/Saveurs printanières

Pour 2 pers. (avec une grande faim)

- 2 blancs de poulet (assez grands)
- 300 gr de yaourt blanc (j'avais le yaourt 35% de notre magasin turc habituel, mais vous pouvez aussi prendre le maigre nature. Le yaourt turc est toutefois plus onctueux)
- 1 petit piment vert
- un bout de gingembre d'à peu près la taille d'un petit pouce, pelé et haché
- 1 c. à c. de paprika*
- 1 grosse gousse d'ail
- coriandre
- sel, poivre, huile végétale
- facultatif: un jet de jus de citron vert
- des piques pour brochettes

* J'utilise un paprika vraiment très fort, qui m'a été directement rapporté des souks de Téhéran par mon ami Franek. Eh oui, petit cocorico: on aime les amis qui voyagent et aiment la cuisine... Augmentez la dose à 2 c. à c. si vous avez un paprika moins fort.

1. Min. 2 h avant le repas: mélanger le yaourt, le gingembre pelé, l'ail pressé, le paprika et le piment finement haché. Couper le poulet en morceaux (cubes de 2 cm à peu près). Mélanger à la marinade. Assaisonner (pas trop). Couvrir, mettre au frigo pendant au moins 2 h.

2. 15 à 20 min. avant le repas: sortir le poulet du frigo, et enfiler les morceaux sur des piques en bois pour brochettes (j'ai fait 3 brochettes avec cette quantité de poulet).

3. Faire chauffer un peu d'huile dans une poêle. Faire griller les brochettes à feu vif, pendant à peu près 10 min. (en les retournant de temps en temps histoire de vérifier que cela ne colle pas). Au bout de 10 min., ajouter la marinade et en faire une sauce à servir avec les brochettes, à part.

4. Servir avec du riz basmati, un jet (minuscule) de jus de citron vert et du coriandre ciselé par-dessus.


Chicons caramélisés/improvisés à ma façon
Avec un clin d'oeil pour Florence-Mirabelle

Pour 2 pers.

- 3 ou 4 chicons
- à peu près 10 c. à s. de cassonade (j'ai utilisé de la blonde car j'en avais et que j'aime beaucoup le caramel de cassonade, mais vous pouvez aussi essayer avec de la cassonade brune, du sucre de canne ou du sucre blanc de betterave)
- sel, poivre
- une noisette de beurre

1. A peu près 30-40 min. avant le repas: faire fondre une noisette de beurre dans une poêle. Ajouter les chicons entiers, auxquels vous aurez enlevé l'extrémité du pied. Saupoudrer d'une c. à s. de cassonade sur chaque chicon. Ajouter un doigt d'eau (vraiment très peu), couvrir, laisser cuire pendant à peu près 15 min. à feu doux-moyen.

2. Au bout de 15 min., découvrir. Les chicons auront dégagé un peu d'eau. Assaisonner légèrement et ajouter encore 1 c. à s. de cassonade par chicon. Réduire le feu à doux. Laisser cuire encore, jusqu'à ce que les chicons soient tendres et aient pris une teinte caramélisée/brunâtre.

3. Le liquide dans la poêle va former un caramel après 10 min. Laisser mijoter encore 10 min. à peu près sur feu doux, après avoir ajouté de nouveau 1 c. à s. de cassonade par chicon, si vous trouvez qu'ils n'ont pas un aspect très caramélisé.

4. Lorsque les chicons sont cuits (vous devez pouvoir y enfoncer votre fourchette sans résistance), enlever et arroser avec un peu de caramel de la poêle. Servir immédiatement.

Bon, cette recette manque de précision... Mais en gros: si vous avez en permanence un peu de liquide (que ce soit sous forme de sucs ou de caramel) au fond de la poêle, cette recette est inrâtable. Si le caramel devient trop dense, ajouter un tout petit peu d'eau ou de beurre.

Oh, et ai-je oublié de dire à mes amis non Belges: les chicons, ce sont les endives, bien sûr... (quoique j'ai l'impression qu'il existe une subtile différence entre les deux). Tous ceux qui ont vu Bienvenue chez les Ch'tits l'auront deviné eux-mêmes.

1 commentaire:

Claude-Olivier a dit…

une marinade bien relevée et parfumée, ta recette me plait déjà! Tout comme les endives, ca change de celles qu'on connait en salade! biz